Dans ma wishlist : Dualed

Dans ma wishlist de romans, de plus en plus extensible, voici Dualed de Elsie Chapman, aux éditions Lumen. C’est une histoire en deux tomes, le second s’appelle d’ailleurs Divided.

Genre : Dystopie / Thriller / Young Adult.

Résumé : Toi ou ton double… Un seul pourra survivre. Dans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi. West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son Alt. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient gripper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir son double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire.

Il paraît que quand votre tour finit par arriver, c’est comme si le monde s’assombrissait, comme si toutes les lumières s’éteignaient d’un coup. Il paraît que soudain, on n’arrive plus à respirer, on a l’impression de mourir déjà. Il paraît qu’on est paralysé, qu’on ne veut pas faire face – ni attaquer, ni se cacher, juste essayer d’ignorer l’inévitable.

C’est ce qu’on dit. Mais c’est faux.

Publicités

Point GPS sur mon roman

Découvrez la carte de la région du comté d’Orange (en Californie) où se déroulent les événements dans Le Projet Manta-Core : Partie 1.

La zone principale se situe à Huntington Beach, mais d’autres villes sont présentes dans l’histoire, comme Newport Beach, Santa Ana, Fountain Valley. Certaines seront à l’honneur dans la partie 2 de l’aventure (sortie courant 2018).

Classements Amazon

Ébahi devant les résultats sur AmazonKindle à l’occasion de mon opération promo sur Le Projet Manta-Core : Partie 1.

Le roman est classé n°1 dans la catégorie phare Policier et Suspense. Même position pour la boutique Science-fiction / Aventure. Enfin, dans la section générale Littérature, il se classe n°2 !

Les retours continuent d’être extrêmement positifs, il y a même une certaine excitation dès les premières pages avalées.

Dans ma wishlist : Starters

Disponible chez Collection R, Starters est le premier volet d’une saga dystopique de Lissa Price, qui comprend notamment Enders.

Genre : Dystopie / Young Adult / SF.

Résumé : Dans un futur proche, après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu…

Je sais, tout cela est nouveau pour vous, admet-il avec un rictus condescendant. Vous serez totalement endormie. La locataire prendra alors mentalement possession de votre corps. Puis elle répondra à une série de questions afin que l’équipe s’assure que tout fonctionne normalement. Après cela, elle sera libre de profiter à sa guise du corps qu’elle a loué.

LPMC #1 : Prologue offert

Voici de quoi commencer à vous plonger dans mon thriller d’anticipation Le Projet Manta-Core : Partie 1.

Je vous propose ci-dessous le prologue officiel, dans une mise en page évidemment basique et adaptée au site, donc peu conforme à la présentation d’un roman. N’en tenez pas compte et bonne lecture !

Lance Lindhome nota avec amertume que la ruelle sordide dans laquelle il allait rendre son dernier soupir n’était qu’à une centaine de mètres de la plage bondée de Huntington Beach. La matinée s’annonçait radieuse en ce mois de septembre en Californie, mais il n’en verrait pas le bout. Jamais il n’aurait imaginé quitter le monde de cette manière.

À bout de souffle, il huma les embruns marins qui se faufilaient jusqu’à ses narines saturées de sang et renifla en s’adossant contre une vieille Buick stationnée à proximité. La froideur de la tôle d’acier contre ses reins endoloris lui procura un maigre soulagement.

Au fond de la ruelle plongée dans un clair-obscur, d’innombrables touristes allaient et venaient nonchalamment le long des larges trottoirs de la Pacific Coast Highway, ne se doutant absolument pas qu’un homme agonisait à deux pas.

Lance sentait les ténèbres l’envahir, sournoisement. Sa vision se troubla un instant, il tituba, prenant appui plus fortement contre la portière de la Buick grise crasseuse. Affaibli, son corps se déroba et glissa lentement contre la carrosserie, pour se retrouver sur le bitume parsemé de détritus.

Les immeubles environnants étiraient leurs ombres en de larges perspectives au sol, prêtes à le dévorer. Il déboutonna d’un cran sa chemise Armani blanche, maculée de sang et déchirée au niveau du col. C’était l’une de ses préférées, elle contrastait élégamment avec sa peau noir ébène, même si ces notions de raffinement paraissaient bien loin dorénavant.

L’une des balles lui avait très certainement cassé une côte, et il grimaça de douleur en déplaçant légèrement son bassin pour attraper son téléphone dans sa poche droite. Il n’y parvint pas.

Sa tête, qui reposait contre la tôle de la portière, s’affaissait sous le poids de l’épuisement. Lucide sur ses chances de survie, quasi nulles, il ne regrettait pourtant pas sa décision, son acte de ce matin sans retour possible. Il avait mûrement réfléchi la chose durant une bonne partie de la nuit précédente, se doutant parfaitement des risques qu’il prenait.

De la musique latino s’échappa des vitres ouvertes d’un pick-up sur la Pacific Coast Highway, là où débouchait l’étroite ruelle déserte. Au loin, on percevait le roulement puissant des vagues qui s’écrasaient dans un rythme de métronome sur la jetée.

Lance se concentra et il essaya une fois encore d’atteindre son téléphone au fond de sa poche. Ses doigts touchèrent dans un premier temps une forme longiligne : la seringue qu’il avait conservée, entièrement vidée de la solution cristalloïde. Se remémorant les doses injectées, il se demanda s’il n’avait pas eu la main trop lourde…

Après tout, cela a fonctionné, et puis les effets secondaires finiront par passer.

Plus loin dans sa poche, il sentit enfin les contours de ce qu’il cherchait : son smartphone. Avec difficulté, Lance souleva ses paupières et fixa l’appareil pour activer la reconnaissance faciale. Il ne restait plus ensuite qu’à retrouver le numéro enregistré du motel Oceanview Inn.

Des gouttes de sang perlaient sur le sol à ses pieds. Son sang. Un frisson lui parcourut l’échine.

Avec anxiété, il jeta des coups d’œil à gauche et à droite, de chaque côté de la ruelle, sachant pertinemment qu’ils parviendraient jusqu’à lui. Il avait réussi à échapper à leur vigilance, mais il s’agissait de professionnels qui ne lâcheraient pas le morceau, tout du moins jusqu’à ce qu’on le retrouve, mort ou vif.

Lance renifla tandis qu’il faisait défiler d’un mouvement de l’index les numéros enregistrés sur son téléphone, et il sentit le goût amer du sang sur ses lèvres. Ses pensées vagabondèrent jusqu’à atteindre l’image de Todd. La dernière fois qu’il l’avait vu, il y a plus d’un mois, ils s’étaient quittés encore une fois sur une brouille, à cause du choix de « carrière » de son fils.

Todd avait abandonné sur un coup de tête ses études prometteuses à l’université de Californie à Los Angeles pour donner des cours de surf à Huntington Beach. Même si la ville côtière du comté d’Orange était communément appelée « Surf City » en raison de la place prépondérante de cette discipline, Lance désapprouvait que son fils oublie ses projets à l’université. Et il ne se gênait pas pour lui étaler son ressentiment en long, en large et en travers.

Ce conflit n’était pas une première puisque depuis la mort de sa femme, il ne parvenait plus à maintenir ne serait-ce qu’un semblant de bonne relation avec son fils. Ses tentatives pour renouer le dialogue dérapaient à chaque fois.

En y repensant, Lance regretta amèrement leur dernière dispute. Les larmes coulaient à présent sur son visage, pourtant il chassa l’envie de l’appeler alors que la tonalité de sa communication avec le motel résonnait dans son oreille droite entaillée.

Un chat hirsute fit tomber soudainement le couvercle d’une poubelle juste derrière la Buick, avant de bondir par-dessus le capot. Surpris, le cœur pulsant à tout rompre, Lance grogna une insulte envers l’animal qui détala sans demander son reste.

Personne ne décrochait au motel. Il avait choisi cet établissement en dernier recours parce qu’il connaissait son propriétaire, Terence, un aimable hipster avec lequel il s’adonnait à des parties de golf endiablées au SeaCliff Country Club de la ville. Bonus non négligeable, l’Oceanview Inn disposait d’un monte-charge discret dans l’arrière-cour.

La tonalité lancinante le berçait. Il repensa fortement à Todd tout en sachant qu’il ne pouvait pas l’appeler. Il ne devait absolument pas le mêler à toute cette histoire, de près ou de loin. Et puis, lui faire ses adieux ainsi, sans ménagement, c’était impossible.

— Motel Oceanview Inn de Huntington Beach, bonjour, fit une voix féminine peu gracieuse au bout du fil.

Lance respira un grand coup en tentant de reprendre son souffle avant de répondre. Il sentit une énorme douleur dans sa poitrine quand il ouvrit la bouche.

— Bon… Bonjour… Terence n’est pas là ?

— Non, monsieur. Il s’est absenté et je le remplace. Que puis-je pour vous ?

— Pouvez-vous… me passer la chambre 212 s’il vous plaît ?

— Oui bien sûr, monsieur. Qui dois-je annoncer ?

Un silence pesant fut la seule réponse que la réceptionniste reçut en retour.

— Monsieur ? Excusez-moi, mais je n’ai pas entendu votre nom. Qui dois-je annoncer pour la chambre 212 ? redemanda la femme, cette fois d’un ton légèrement agacé.

De nouveau, personne. Tout en maugréant, elle raccrocha.

Le téléphone de son interlocuteur reposait sur le sol poussiéreux. L’écran s’éteignit quand la communication coupa.

Lance Lindhome gisait à ses côtés, affalé tel un pantin contre la Buick, les yeux grands ouverts et les lèvres contractées. Un filet de soleil perça entre deux immeubles et vint illuminer son visage sombre, sur lequel on pouvait lire tout le stress et la fatigue qu’il avait accumulés ces dernières heures.

La réponse à cette question et la suite de l’aventure vous attendent sur Amazon :

Acheter Le Projet Manta-Core : Partie 1

Lisa Gardner est de retour

La reine du suspense U.S revient en ce début d’année avec la sortie française il y a quelques jours de Find Her (2016). Pour l’occasion, le roman devient Lumière Noire. L’auteure du Saut de l’Ange se met ici dans la peau d’une femme pourchassée par son passé.

Genre : Thriller psychologique.

Résumé : 472 jours : c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n’espérer qu’une chose : survivre. Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues. Quand, à la recherche de l’une d’elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu’un prédateur court les rues de Boston, qui s’assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière…

Lisa Gardner, auteure américaine qui publie également sous le pseudo d’Alicia Scott.

Une date de sortie

Le roman broché du Projet Manta-Core : Partie 1 s’apprête à déferler sur Amazon, après sa parution le 15 Décembre dernier au format Kindle.

D’ici la sortie, je publierai sur ce site le prologue pour vous plonger dans le tout début de l’intrigue !

Que vous achetiez le livre papier ou la version numérique (pour liseuse Kindle mais également pour l’appli Kindle disponible sur smartphones & tablettes), pensez à laisser un commentaire sur la page Amazon après lecture, c’est important ☺️

Du nouveau pour Manon Fargetton

Manon Fargetton fait son retour avec Quand Vient La Vague chez Rageot, en collaboration avec Jean-Christophe Tixier. Les premières critiques qui tombent sont déjà très enthousiasmantes !

Genre : Young Adult.

Résumé : Bouleversée, Nina quitte le domicile familial et jette ses clés dans une bouche d’égout… Quelques mois plus tard, son frère Clément se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces « vagues » qui l’ont submergée, l’obligeant à tout quitter.

Pour information, le premier roman de Manon Fargetton s’appelle Aussi Libres Qu’un Rêve. Un YA dans un monde dystopique que je vous conseille, chez Castelmore.

Manon Fargetton a remporté quatre prix littéraires avec ce roman réedité chez Castelmore.